Intégration des jeunes

06.03.2020, STAKEHOLDER DIALOGUE

Organisation d’une table ronde conjointe entre la Fondation Saham et la Fondation BTS sur le thème de:

" Le rôle des acteurs de la société civile dans le développement socio-économique et l’intégration des jeunes des pays voisins de l’Union Européenne "

Comment les deux parties peuvent-elles apprendre les unes des autres afin de renforcer leurs propres économies par le biais d'un partenariat accru avec l'UE ? C'est à Marrakech que la Fondation Saham et la Bertelsmann Stiftung ont discuté des solutions possibles pour parvenir à une coopération sociale et économique plus intensive.

La politique européenne de voisinage porte sur la coopération économique, sociale et politique de l'UE avec 16 de ses plus proches voisins au sud et à l'est. Le Maroc, la Tunisie et la Jordanie au sud et la Moldavie, l'Ukraine et la Géorgie à l'est échangent jusqu'à 70 % de leurs importations et exportations avec l'UE. Des conditions commerciales favorables et une intégration intelligente dans le marché intérieur de l'UE sont importantes pour ces pays s'ils souhaitent moderniser leur économie et créer davantage d'emplois et de meilleures perspectives de vie, notamment au profit de leurs jeunes. Ces six pays voisins de l'UE ont signé plusieurs accords commerciaux bilatéraux avec cette dernière. La mise en réseau des acteurs de ces pays et l'échange de connaissances entre eux sur les relations commerciales fondées sur le partenariat avec l'UE, ne sont pas seulement une préoccupation du projet européen "Stratégies pour un nouveau voisinage de l'UE" de la fondation Bertelsmann, mais ont également été un sujet important de discussion, lors des échanges qui ont eu lieu entre les parties prenantes à Marrakech les 14 et 15 février 2020. La Fondation marocaine Saham et la Bertelsmann Stiftung allemande ont invité 25 représentants/décideurs et experts renommés, issus du monde des affaires, de la politique, des universités et de la société civile, à un dialogue consacré au thème "Rapprocher l'UE et ses voisins - Promouvoir les acteurs de la société civile dans la coopération socio-économique et le travail d'intégration des jeunes".

Depuis quelques années, l'Ukraine, la Géorgie et la Moldavie ont conclu un accord de libre-échange, qualifié d’approfondi et élargi avec l'UE. La Tunisie négocie un accord similaire, la Jordanie partage une zone de libre-échange avec l'UE et le Maroc jouit d’un "statut avancé" avec l'UE. Les trois pays d'Europe de l'Est ont jusqu'à présent eu des expériences à la fois positives et négatives en matière d'ouverture de leurs marchés. A titre de tendance positive, un participant a souligné que l'adoption des normes de production à l'exportation de l'UE a favorisé l'État de droit et a accru la compétitivité sur les marchés européens et internationaux, attirant davantage d'investissements et créant ainsi, plus d'emplois.

Accroître les échanges commerciaux, créer des emplois, renforcer la société civile

Une autre idée débattue consiste à dire que les traités commerciaux et les relations économiques peuvent s'inscrire dans une vision positive commune ambitionnant le développement d'une prospérité partagée entre l'Europe et ses régions voisines. A ce propos, une contribution pourrait être apportée par le biais d’une communication plus large impliquant davantage de personnes et d'organisations de la société civile, s’activant au sein des pays concernés.

Compte tenu de l'évolution démographique, du progrès technologique et de la paix sociale, il est très important que des emplois et des perspectives d'avenir soient créés au profit des jeunes dans la région méditerranéenne et dans le voisinage européen. La connaissance des projets consacrés à cette question, l'apprentissage mutuel des autres acteurs ayant travaillé sur ces projets et leur mise en réseau, ont guidé le débat sur les stratégies pour la croissance, le travail et la prospérité.

A titre d’exemple, la Fondation Saham a attiré l'attention sur son nouveau projet, qui vise à promouvoir la réinsertion sociale et professionnelle des jeunes (NEET) (qui ne sont ni en situation de scolarisation, d’emploi ou de formation) en leur offrant un centre intégré, destiné à leur fournir une formation professionnelle ciblée durant la journée, ainsi que des services de soutien psychologique et des activités culturelles et sportives. La Fondation espagnole Bertelsmann a fait preuve de son expérience de projet en Espagne en se servant de la formation professionnelle en alternance comme outil destiné à réduire le chômage des jeunes. Des rapports ont été partagés au sujet des concepts réussis, ayant été mis en œuvre par des écoles de commerce individuelles en Jordanie, ainsi que dans le cadre des programmes d'un Fonds national d'investissement pour les jeunes PME au Maroc. Les représentants européens ont évoqué des programmes de l'UE tels qu'Erasmus+, EU4Youth, ainsi que des projets de jumelage autour des réformes de l'éducation.

Comme l'ont clairement montré diverses propositions, un élargissement des options de formation professionnelle, au caractère plus pratique, est susceptible de destiner davantage de jeunes chômeurs à des emplois tournés vers l'avenir. Dans le même temps, des critiques ont été exprimées vis-à-vis du fait qu’au sein de nombreux pays voisins, l'idée selon laquelle l'on ne peut acquérir un prestige social que si l’on effectue des études universitaires, est toujours admise.

Accroître les échanges commerciaux, créer des emplois, renforcer la société civile

Les différents aspects relatifs aux migrations entre le voisinage méridional ou oriental et l'UE, l'interdépendance socio-économique grandissante du voisinage sud vis-à-vis des pays d'Afrique subsaharienne, ainsi que le défi que représente la puissance technologique et économique de la Chine, ont également été considérés comme autant de facteurs susceptibles d’affermir les relations sociales, économiques et politiques entre l'Union européenne et les pays de son voisinage immédiat.

© Abdelmohcine Benhlal

Pour approfondir le sujet, les organisateurs de ce dialogue des parties prenantes proposent un document d’information qui fournit des aperçus supplémentaires, des informations approfondies, des actualités de fond et des explications sur les questions débattues.

NASA / Visible Earth - Visible Earth Image Use Policy, https://visibleearth.nasa.gov/image-use-policy